Pu Luong, une réserve naturelle splendide!

# Authenticité #Ecotourisme

Pu Luong écotourisme

Les 14 et 15 août ont eu pour décor l’incroyable réserve naturelle de Pu Luong. Nous sommes ici à 4h de route d’Hanoï, 170 km à l’Ouest. C’est une destination Nature, intéressante car les paysages sont variés, offrant aux voyageurs un bien joli terrain d’exploration.

Pu Luong, ses rizières et ses montagnes.

Se rendre à Pu Luong.

Après avoir pédalé et profité de la quiétude de Mai Chau et sa vallée enchanteresse, 60 km de voiture et me voici dans un paysage différent, verdoyant : la réserve écologique de Pu Luong.

Vue de l’hôtel Pu Luong ecogarden.

Le trajet se déroule sans problème ! On n’est qu’à 150 km de Hanoï, c’est plutôt facile de s’y rendre depuis la capitale. Pour ma part, j’ai intégré Pu Luong à un circuit plus large, intégrant la vallée de Mai Chau et la baie d’Halong terrestre. J’aurais pu ajouter deux jours en baie d’Halong maritime, mais je l’ai déjà visitée à mon précédent séjour. Disposant de trop peu de temps, je préfère aller vers la nouveauté !

Quand s’y rendre ?

Lorsque j’ai séjourné à Pu Luong, c’était mi août. Les rizières étaient superbes ! D’un vert tendre incroyable, sans brouillard. Il faisait chaud, c’est vrai, et je n’aime pas beaucoup cela habituellement. Mais comme tout était fait pour que l’on puisse avoir des moments au frais (ventilation, clim), cela ne m’a pas pesé du tout.

Si je me souviens bien, il y a deux récoltes annuelles à Pu Luong. Si possible, essayez de caler votre séjour en fonction de cela afin de profiter de paysages sublimes. Mais bien entendu, c’est un endroit dont on peut profiter toutes l’année !

En février, on travaille la terre donc le paysage sera dans les tons marron. Puis on plante, on pique et on repique ! En mars vous aurez du marron et du vert, donc. Et au printemps : tout vert ! Puis le riz jaunit à la fin du mois de mai, et l’on récolte.

Puis on ressème, le processus recommence, pour récolter vers fin septembre. En août, c’est donc vert, bien vert. Mais il fait chaud et c’est la période des pluies. Entre nous, je n’ai pas du tout été ennuyée par la pluie durant mon séjour aoûtien. Mon guide me disait qu’au Vietnam aussi le climat se dérègle ! Je vous conseille donc d’envisager tous les cas de figure et de ne pas vous arc-bouter sur un type de climat : vous pourriez être déçus. Au contraire, envisagez la pluie et la fraîcheur comme une possibilité. Nous ne pouvons maîtriser la météo…

Les hébergements à Pu Luong

Du côté des écolodges

J’essaie d’alterner hébergement chez l’habitant et à l’hôtel durant mon séjour, selon l’endroit où je me trouve. A Pu Luong, j’ai choisi un format écolodge en séjournant au Pu Luong écogarden, à Ba Thuoc. Un établissement de taille raisonnable (16 chambres et un dortoir économique), à flanc de colline. J’ai bien apprécié le site, organisé autour d’une belle vue sur les montagnes, avec une piscine à débordement. La partie restauration est aussi agréable, on y mange très bien. Sur un tableau, on vous propose un repas à la vietnamienne, composé de plusieurs petits plats où l’on picore à sa guide. J’ai aussi vu des européens commander un seul plat, du genre un poisson entier grillé et déguster leurs propres victuailles parallèlement…On peut avoir l’impression que l’on propose dans le même lieu un hébergement assez haut de gamme face à la piscine, composé de belles chambres au style très soigné, pour les budgets confortables. Et juste à côté, un dortoir plus « routards » à 10€ la nuit, au confort sommaire. Et tout le monde se retrouve au restaurant ou autour de la piscine, les touristes assez aisés et les backpackers.

J’ai pris le temps de visiter le Pu Luong Retreat le deuxième jour de mon séjour. J’ai trouvé cet endroit sublime ! La vue sur les rizières en contrebas est incroyable. J’aimerais vraiment pouvoir le tester un jour, un bel établissement tout en bois et pierre, très ouvert et fondu dans son environnement, très cosy. Les personnes qui y séjournaient en étaient ravis en tout cas. Il y a peut-être plus de cohérence dans ce second site, j’ai trouvé que l’aspect « écotourisme » n’était pas que dans la décoration mais aussi dans la démarche générale de gestion des ressources.

Et chez l’habitant?

Il existe de nombreuses options de logement, en hôtel ou homestay plus traditionnel. Il est assez aisé de trouver des sites internet. Veillez à bien consulter les avis pour ne pas risquer d’être déçus, certaines maisons d’hôtes proposant des commodités vraiment minimales. D’autres en revanche m’ont semblé vraiment charmantes et bien placées. Lorsqu’on y faisait une pause, l’accueil était toujours agréable. On peut s’y arrêter en journée pour manger ou faire une pause.

Un bon déjeuner à Pu Luong en homestay.

En août, je n’ai pas vu beaucoup de touristes, il doit être possible de réserver un peu au dernier moment si vous partez au pied levé au Vietnam. Sinon, en contactant une agence de tourisme locale francophone, vous pourrez indiquer précisément ce que vous recherchez. Ces professionnels disposent d’un bon carnet d’adresse, ils testent les logements et délaissent ceux qui ne donnent pas satisfaction.

Les activités à Pu Luong

Randos et trekking

Bien entendu, l’environnement naturel est superbe, mais pour évaluer la durée de son séjour, peut-être faut-il considérer les possibilités d’activités à faire pour découvrir au mieux l’endroit?

J’ai testé une balade en radeau de bambou car j’ai pensé que ce serait rafraîchissant. A vrai dire, pas vraiment car il faisait super chaud cet après-midi-là. Chapeau conique, lunettes de soleil et crème obligatoires ! Et de quoi boire ! Mais c’est très agréable tout de même, et reposant.

Une activité idéale ici, les randos et treks. De toute façon, des guides locaux et même francophones sont à votre service. Ils adaptent les balades à vos centres d’intérêts et aptitudes physiques, pas d’inquiétude de ce côté-là. J’en ai fait deux et j’ai adoré ! En effet, on prend le temps de s’arrêter dès qu’il y a une curiosité à expliquer, des habitants avec lesquels échanger, ou encore quelque chose à goûter ! Le temps est sec entre septembre et mars, c’est peut-être mieux pour le trek : tous les chemins sont en terre et quand il pleut, ça peut être de bonnes grosses douches. Mais on n’a pas le riz en herbe…

Découvrir les minorités ethniques.

Le sommet du secteur culmine à 1700m, il peut faire froid en hiver. Mais c’est intéressant de partir vers les hauteurs pour rendre visite à des minorités ethniques telles que les Muong. Les villageois sont très accueillants! Prévoir aussi des haltes pour visiter les grottes, se baigner, voir les cascades.

Au sein de la réserve naturelle de Pu Luong, la vallée de Kho Muong est géniale aussi, avec un village de Thaï blancs très reculé. On y accède par un petit chemin à pied. L’occasion de séjourner chez l’habitant, hors des sentiers battus, vraiment inoubliable ! On s’offre une parenthèse temporelle et on s’immerge dans les traditions des habitants, ça laisse des souvenirs impérissables.

Pour conclure, je recommande chaudement cette destination! Il existe plein de manières de l’aborder, en variant les moyens de transport, les hébergements et les activités. Cela dépend aussi de votre temps de séjour global au Vietnam, mais Pu Luong fait du bien!

NB: pour se préparer à entrer dans les territoires des minorités, s’initier à leur mode de vie: voir le superbe spectacle “My village”, visiter le Musée ethnographique.

A propos MarieK 15 Articles
Bonjour! J'ai vécu et voyagé dans de nombreux pays, en Afrique, Amérique centrale, du Nord, Asie du Sud-Est...Voyager et travailler vont de pair pour moi! Alors que faire quand le travail me retient en métropole? Continuer à voyager, écrire sur mes découvertes et les partager avec vous bien sûr!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*